La Dordogne en direct… manifestation le 14 mars 2015

affiche pollution haute dordogne


(Cliquez sur les liens pour plus d’infos)

Arrêté préfectoral

Un article sympa

Pétition, à signer et partager

Un bon résumé

Une manifestation est organisée

Réaction d’EPIDOR

Les bonnes nouvelles n’arrivent jamais seules

Fédération du Puy-de-Dôme

lettre_ouverte_fdppma_63

Rapport pollution la Bourboule

 

Quelques images:


Posted in Actualités des rivières by with 3 comments.

Comments

  • Merci JB pour la divulgation de ce rapport très complet. On comprend encore mieux l’empleur de la catastrophe malheureusement.

  • David Sibler dit :

    Lettre ouverte à tous « les décideurs ».

    Effectivement un désastre… comme annoncé, qui bloque là les efforts de nombreux acteurs souhaitant s’inscrire dans des logiques de développement durable. Cette affaire doit servir à tous et surtout d’exemple pour nos décideurs !

    Pour mémoire je ne ferai que rappeler l’impact économique de la pêche de loisir révélé au niveau national par l’étude du cabinet Bipe (plus de 2milliars d’€) . Ainsi c’est le potentiel local identifié et accompagné par les projets de développement de l’activité pêche sur ce territoire, comme la mise en place de parcours spécifique à vocation touristique situé en aval de cet ouvrage défaillant, qui est aujourd’hui directement menacé…et ce pour plusieurs années, réduisant ainsi à néant les efforts des AAPPMA locales et de leur fédération départementale.

    Pendant la dizaine d’années nécessaires à reconstruire d’abord le cheptel piscicole, puis la réputation du parcours, la turbine elle continuera de « tourner » et de produire les centaines de milliers d’€ de chiffre d’affaires pour ce seul acteur privé…et ce tout en continuant de faire courir des risques sévères, qui pourraient conduire à la mort de pêcheurs, kayakistes et autres promeneurs…que serait-il advenu si cet incident avait eu lieu le jour de l’ouverture de la pêche en 1ère catégorie !

    Au-delà de l’accident, dont les responsables auront à répondre, se pose la question légitime de la gestion de tous ces ouvrages sur le Sancy, dont la majorité demeure exploitée par des intérêts privés. Ces même privés attirés par l’affaire alléchante de la production hydroélectrique et qui, par définition dans la logique capitaliste qui les motive, sont manifestement très éloignés des logiques sécuritaires, environnementales, mais aussi de développement économique et social de nos territoires ruraux, plus que jamais en souffrance aujourd’hui.

    Mesdasmes, Messieurs les élus, les décideurs…voilà une question qui tombe à pic ?

    Pour vous aider dans votre réflexion, je vous rappelle pour mémoire:

    • Que nous sommes l’une des rares fédérations sportives à développer des animations totalement gratuites sur le Sancy et sa région afin d’accroitre l’animation territoriale touristique.
    • Que notre département révèle un potentiel d’attrait touristique pour le loisir pêche situé dans les tous premiers de France.
    • Que notre département accueille chaque année en début d’année le 1 er salon européen de la pêche et de loisirs (Plus de 22 000 visiteurs en 2015).
    • Que plusieurs guides de pêche professionnels y exercent leur activité de manière saisonnière et/ou de manière permanente.
    • Que nous accompagnons techniquement et financièrement chacun des 20 contrats de territoire « rivière » en cours sur le 63.
    • Que nombreux sont les syndicats d’intercommunalité (Combrailles, Vallee de l’Ance…), qui au travers de tout le département, ont relevé comme axe de développement les logiques de valorisation de notre activité.
    • Que nos AAPPMA demeurent aujourd’hui les rares associations à maintenir le lien social de ces communes rurales.
    • Qu’enfin le nombre de pêcheurs « silencieux » fréquentant ces parcours pèsent aujourd’hui plus de 10 % de la population locale. (Ex : 2000 pêcheurs sur la Vallée de la Couze Pavin pour 20 000 habitants…)

    Alors il est urgent de faire les bons choix…car j’ai beau cherché, je ne sais toujours pas ce que les producteurs de la petite hydroélectricité « produisent » pour notre territoire, si ce n’est une électricité dont la part relevée par les 1600 installations en France offrent une Puissance cumulée de 1,2 GW pour une production annuelle moyenne de 5 TWh sur les 75 TWh d’origine hydraulique.

    Ce chiffre de 5TWh est à mettre en relief aux 550 TWh produits nationalement, soit moins de 0,2 % de la production nationale…autant dire un « pet » de mouche ! (surtout l’on que l’on sait que seuls 480 TWh suffisent à notre consommation nationale).

    Dans le cas qui nous occupe, c’est 100 % des dégâts immédiats causés à notre patrimoine que les collectivités, à grands coups de nos impôts (via les agences de l’eau notamment) tentent aujourd’hui ou tenteront demain de rétablir dans leur fonctionnalité …Elles seront accompagnées, encore une fois, par nos structures associatives qui, opiniâtres et déterminées, aujourd’hui comme demain tenteront de faire revivre nos campagnes et ainsi de contribuer au bien-être de ses habitants…

    Pendant ce temps, les pêcheurs, toujours silencieux, eux continueront de s’acquitter des taxes d’état en achetant leurs cartes de pêche…Taxe versée (plus de 12 millions d’€) aux 6 agences de l’eau nationales.

    Alors l’impact de ces ouvrages majeurs sur le maintien de notre patrimoine naturel, déjà démontré par ailleurs à court, moyen et long terme, est une fois de plus ici révélé…Faudra-t-il un mort pour enfin ouvrir les yeux ?

    Tout ceci ne serait pas moins grave, si ce n’est que les investissements en cours (notamment par le biais des contrats de territoire) visant à rétablir les fonctionnalités des cours d’eau du 63 (plusieurs dizaines de millions d’€ d’impôts publics, je le rappelle…) ne serviront finalement à rien si nos logiques de développement continuent de maintenir la rentabilité financière d’ouvrages, propriété de quelques-uns.

    Au final, tout ceci semble manifestement construit au détriment de l’intérêt général, porté par tous les habitants du Sancy, vos électeurs…il est temps de cesser de nous amuser, agissez, faites les choix que le retour d’expérience impose !

  • Banabera dit :

    Merci M.David Sibler pour ce rappel de ce que devrait être l’intérêt général et collectif. L’eau sous toutes ses formes et ses nombreuses utilisations et usages devrait être un bien commun, public. Ce n’est pas rien de le rappeler, elle est et restera source de vie, en fonction de ce que nous en ferons.Sa qualité est un gage d’un futur vivable et transmissible, ou non.
    Très sincères et solidaires salutations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *