Poutès…

dav

Aujourd'hui, je ne vous ferais pas le compte rendu d'une sortie pêche, mais un petit retour en images sur les travaux du barrage de Poutès.

En ce jour de juin,  période faste pour les rivières qui bouillonnent d'une vie riche et diversifiée, je ne peux que mesurer avec une crainte non dissimulée l'impact négatif des activités humaines sur cette ressource, à l'image de la Bienne qui meure doucement mais, à priori, inéluctablement...

Vous allez me dire, j'en suis sûr, qu'un bon barrage n'existe pas et qu'en matière de continuité écologique seul l'arasement constitue une solution durable et vous auriez raison de le faire. Mais il faut parfois trouver des solutions afin de concilier les différents usages et Poutès pourrait représenter une solution intéressante...

 

 

dav

Une solution alternative...

Toujours est-il que même si effectivement je préfèrerais voir les grands barrages démantelés, je sais aussi qu'il y a fort peu de chances que cela arrive. En tout cas, en ce qui concerne Poutès, c'est une autre solution qui a été choisi et qui sera, j'en suis persuadé, citée en exemple par la société qui le gère quand elle communiquera, entre autres, sur la couleur de l'énergie qu'elle produit, à savoir verte, comme les algues cités dans un de mes précédents comptes rendus. Espérons seulement qu'elle aura une couleur moins inquiétante que celle de l'eau qui s'échappe actuellement du barrage.

dav

dav

Vous aurez compris, je l'espère, que je suis un peu taquin. Les travaux ont attaqué et la rivière, qui reprend possession de son lit, est à l'origine de l'arrachage des sédiments sur les "fonds" de l'ancienne retenue, de leur transport et donc vraisemblablement de leur dépôt à l'aval de l'ouvrage... espérons seulement que ce sera un mal pour un bien, n'étant pas en mesure d'estimer leurs impacts sur le bon fonctionnement de la rivière...

 

 

Aujourd'hui, après de nombreuses années de débats, de concertation, la retenue du complexe hydroélectrique de Poutès-Monistrol n'existe plus. La nature va reprendre petit à petit ses droits pendant que les hommes continuent à chercher et à mettre en place des solutions pour tenter de réduire les effets néfastes sur les milieux aquatiques induits par leurs activités. Espérons qu'ils réussiront avec le futur nouveau "Poutès", même si le chemin est encore long avant de retrouver les eaux claires et les fonds propres du Haut-Allier...

dav

Si vous désirez en savoir plus, vous pouvez commencer par suivre le site internet dédié.

Vous noterez au passage parmi les logos celui du projet de PNR des "sources et gorges du Haut-Allier" qui, grâce, ou à cause, de personnes à l'écoute du territoire est aujourd'hui en stand by, mais c'est un autre débat...

 

 

dav

 


Posted in Milieux..., non classé by with 1 comment.

Comments

  • Grimaud dit :

    J’ai été ,il y a une cinquantaine d’années temoin des conséquences catastrophiques d’une vidange sans suffisamment de précautions de Poutes.J’ai encore en mémoire les poissons agonisants ou morts dans une eau boueuse à l’aval.Depuis ces vidanges nécessaires sont mieux surveillées mais restent délicates.Par contre j’avais été surpris du peu de sédiments trouvés au fond du barrage de Saint Étienne du Vigan lors de sa démolition .Il y avait surtout du sable, et tout s’était bien passé .Il est vrai que les deux ouvrages n’ont pas la même dimension. A Poutes je constate qu’on prend beaucoup de précautions et qu’on fait un maximum pour traiter un problème dont on a pris conscience de l’importance .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *